Un résumé en chiffres

Quelques chiffres du voyage.


Kilomètres : 79 587 (60 % goudron - 40 % pistes)

Dénivelé positif : 789 800 m soit environ 0,02 % de la distance Terre Lune....

5 continents, 55 pays, 72 frontières traversées et 0 fouille de bagages.


Les journées

Journées de voyage : 1 514 jours soit : 4 ans, 1 mois et 23 jours. (et autant de nuits)

Journées sur le vélo :  1 048 soit 73 kilomètres par jour.

Journées de repos : 466 soit 2 jours de repos par semaine.


Les nuits

Nuits sous tente : 957 dont 205 campings et le reste dans la nature

Nuits en hôtel : 308 (Principalement en Asie et Afrique).

Nuits chez l'habitant : 236 dont 2 réseau Couchsurfing et 34 réseau Warmshower

Nuit en transport : (avion - bateaux) : 13


Les Dépenses : 




Nos dépenses comprennent tout. Alimentation, restos, hébergements en camping, à l'hôtel, les frais d'assurance, les visites, les frais administratifs (visas, colis...), le matériel sur place (réparations, pièces vélos, fringues, électronique, souvenirs...), les transports (avion, bateau, loc voiture...)

45 798,53 euros. Soit 907,44 euros par mois, Soit 30,25 euros par jour (15,13 euros par personne).



Le Matériel changé (pour 2 vélos) :

Bien évidement le matériel dépend de la qualité trouvée, et de l'usage qui en est fait.

26 pneus (15 modèles différents)

15 chaines dont une qui n'aura pas tenue 1000 km

13 K7 (9 vitesses)  dont 5 pour Patricia qui use moins le matériel.

15 Plateaux : dont 13 plateaux de 32 (milieu), 2 plateaux de 22. 0 plateau de 44 (le plus gros).

Divers : 2 compteurs, 2 dérailleurs, 1 moyeu de pédalier, 7 rétroviseurs, 1 pompe, 1 manette de dérailleur, 4 câbles de freins. 12 soudures, 4 guidolines, 1 roulette de dérailleur.


Les plus.

152 crevaisons (dont 35 rustines sur la même chambre à air...). Pour 2 vélos


52 rayons cassés (dont seulement 2 coté opposé à la roue libre). Pour 2 vélos.

30 000 kilomètre avec le même pneu. (Schwalbe Marathon)


Distance la plus longue :
Canada  : 147 km (le jour ou nous sommes repartis, après la pause, en sens inverse...)

Distance la plus courte : Bolivie : 23 km (à pousser dans le sable profond)



Journée la plus longue. :
40 heures : Changement de fuseaux horaires entre Bali (+ 7 heures) et Anchorage (- 9 heures)


Nuit la plus longue : Argentine : 5 cm d'eau sous la tente.



Nos points cardinaux :
77° Nord (Cap Nord) - 54° Sud (Ushuaïa) - 150° Ouest (Anchorage) - 140° Est (Tokyo)

105 kilos. Le poids du vélo avec 5 jours en autonomie Nourriture et Eau.

3 semaines sans prendre de douche


Divers :

La plus grosse frayeur : Bostwana. Un troupeau d'éléphants qui s'invite au bivouac.


La plus grande fierté : Namibie. Le sauvetage d'un Oryx.


Température la plus basse : -20° en Turquie au mois de janvier.


Température la plus haute : + 50° au Soudan.


Un voyage sans encombre, avec des souvenirs plein la tête, des milliers de rencontres dont certaines transformées en amitié. 

Une conclusion. 

Le monde est bon, le monde est beau, le monde est accessible au plus grand nombre.












FRANCE : Toulouse - Valence (17 mai - 27 mai 2018)

DernIère ligne droite. 

En quittant Toulouse, tout s'accélère très rapidement.


La voie verte Passapaïs qui longe la rivière "Le Thoré",


puis le PNR du Haut Languedoc. Déjà, nous sommes dans les Cévennes.


Encore quelques kilomètres et nous traversons le Rhône pour nous retrouver dans notre département de naissance. Dernières pistes, dernier bivouac.


Juste le temps d'exploser un pneu (déjà bien usé)


et de traverser les villages provençaux (Sainte Cécile les vignes, Nyons). Une dernière rencontre


et nous nous retrouvons dans les Baronnies chez nos amis Marie Thé et Gérard qui nous "cocoonent" pendant 2 jours


et nous accompagnent jusqu'à Saint Nazaire le Désert.


Quelques kilomètres plus loin, nous retrouvons Hervé et Raoul venus à notre rencontre. Première bouteille de champagne de la journée.


Au bord de la route, mais dans des flutes en verre svp...

Encore plus au Nord, Mag et les enfants, tous à vélos, nous retrouvent aux limites du Vercors.


Beaufort sur Gervanne. La ferme de Bérangère et Sylvain, (la fée des champs), nous accueille pour la dernière nuit. Nous pensions planter notre tente, mais nous avons droit à une roulotte grand luxe.



De surprises en surprises 

Coups de klaxon dans la cour. Une voiture, un minibus, 2 fourgons.... Les copains de Grenoble, présents au départ, débarquent.


Incroyable. Quelle belle surprise. Mais comment ont ils su ?
Barbecue de poisson, produits de la ferme, alcool à gogo. La nuit va être courte, mais forte en émotion. Ils n'ont pas changés, et nous nous retrouvons comme si nous nous étions quitté la veille.

Deuxième surprise, le lendemain matin, ils ont de beaux vélos de voyage tout neufs et comptent bien pédaler jusqu'au col.


Sur la place du village, nouvelle surprise. Les copains du CTG sont présents.


Tout au long de la montée, nous trouvons des panneaux bizarres


et le peloton s'agrandit.


Aux Grenoblois s'ajoutent les Valentinois.


 L'émotion grandi au fur et à mesure que le sommet approche.


Ils sont là. La famille, les amis. Trop c'est trop. les larmes coulent, les bras s'ouvrent pour vous enlacer.


Vous, nos supporters, nos fans comme nous pouvions lire sur certains fanions.....

C'est malin. Vous avez réussis à nous faire pleurer. Même le ciel s'y est mis, mais, heureusement, plus tard, nous laissant le temps de replier les affaires et de nous dire cette fois ci : A bientôt.


C'est fini.  

Voila c'est fini.
Photos souvenirs au col des Limouches,


Caillettes et saucissons du papa de Patricia, "Suisses" de Michele, gâteaux, quiches, salades, bouteilles. Tout le monde ayant préparé (en secret) ce retour.
Retour des enfants prodigues comme l'a écrit notre ami Jules ? 


Descente du col sous un magnifique orage en compagnie des cyclistes Valentinois. Arrêt à Chabeuil au bois des pauvres. Encore quelques kilomètres sur les routes de notre enfance et nous quittons "l'Aigle et Paris Brest" sous un nouveau déluge.
Encore quelques bulles de Champagne avec les parents et nous allons nous coucher.

Ce matin, nous nous réveillons dans la même chambre que nous avions quitté le 5 avril 2014..

Et si tout cela n'avait été qu'un rêve ?  


Dans les jours à venir, nous continuerons à alimenter ce blog avec des infos plus techniques. 
Alors.... Restez connectés. 








FRANCE : Sète - Toulouse (8 mai - 16 mai 2018)

Après 2 jours passés à Sète, Véronique nous accompagne à rollers sur la piste cyclable reliant la ville de "Demain nous appartient" à Marseillan Plage.


C'est une petite journée de vélo. Sur la promenade longeant la mer nous rencontrons la (petite) soeur de Patricia venue passer quelques jours au bord de la mer.
Le hasard faisant vraiment bien les choses, Nathalie, l'ainée des 3 soeurs se trouve également en visite dans la région.... Incroyable.


Les frangines se retrouvent comme si elles s'étaient quittés la veille tandis que les beau-frères s'évertuent à terminer les bouteilles de rosé local.

Le canal du midi. 



Toujours entendu parlé, jamais pratiqué. C'est l'occasion rêvée. Nous sommes à coté et nous avons encore un peu de temps devant nous. En plus, Gwendoline, une de nos nièces, a déménagée à Toulouse durant notre absence.


Vendredi 11 mai. Grand soleil. L'Europe entière semble faire le pont et s'être donnée rendez vous sur les bords du canal. Des centaines de cyclistes. Dans les passages un peu délicat (ornières), on se croirait aux péages d'autoroute ; ça bouchonne.

20 kilomètres après Béziers, cela va déjà beaucoup mieux et nous trouvons notre rythme.

Nous passons la journée à admirer de beaux villages


à regarder les manoeuvres des plaisanciers passant les écluses,


à saluer d'autres cyclos encombrés de sacoches et les marins d'un jour.


Un monde tranquille,


hors de portée des automobilistes, avec des jolis coins pour poser la tente.


Malheureusement, le temps se gâte rapidement et le parcours devient beaucoup plus sport quand il faut contrôler le vélo sur une piste boueuse devenant glissante.


2 jours de pluie non stop avant de rejoindre Toulouse ou nous retrouvons Gwendoline


et sa colloc qui voient débarquer 2 cyclistes crottés de la tête aux pieds venir souiller leur maisonnette, étalant tente, duvets, sacoches... Transformant le salon bien tenu en porcherie.... Désolé les filles, d'habitude on sait se tenir....


Malgré une météo exécrable et des températures hivernales, nous avons chaud au coeur de retrouver notre nièce qui nous fait visiter sa ville,


ses alentours et déguster les spécialités de la région. Magret de Canard, Cassoulet, Saucisses....

La dernière étape.

Nous avons fixé une date de retour, mais la pluie qui ne cesse de tomber nous fait repousser tous les jours la remise en selle. Nouveau Challenge, attendre le soleil et être au rendez vous du 27 mai.

Car n'oubliez pas cette date qui marquera, si ce n'est l'humanité, au moins nos mémoires.

Rendez vous le 27 mai à midi au Col des Limouches pour nos derniers tours de roues.

Là haut, nous terminerons cette magnifique balade qui aura durée 4 ans, 1 mois et 23 jours pour un total (arrondi) de 79 000 kilomètres.

Pour ceux qui voudraient pédaler un peu avec nous. RDV dimanche 27 mai 9h30 à Beaufort sur Gervanne.



A très bientôt. En espérant vous revoir tous très vite. 

FRANCE : Nice - Sète (1er mai - 7 mai 2018)

Le 1er mai nous quittons Nice après de bons moments passés avec Philippe. Nous en profitons également pour nous délester de quelques kilos de bagages devenus inutiles (filtre à eau, bottes de neige, cartes routières, 2ème tente....).

C'est donc plus léger que nous quittons la vallée du Var pour nous engager dans l'arrière pays.


Sur les petites routes des Préalpes d'Azur,


nous enchainons les villages perchés.


Au loin la mer se distingue de moins en moins.


Nous suivons ensuite les gorges du Verdon, toujours aussi majestueuses,


et trouvons de magnifiques lieux de bivouacs.


Les paysages sont splendides.


A ce demander parfois pourquoi sommes nous allés ci loin....


Chaque jour nous remettons un pied plus assuré dans notre pays, retrouvant quelques plaisirs qui nous ont parfois manqués. 


Grâce à le technologie, nous pouvons suivre en direct le parcours de 2 copains partis d'Albertville (Savoie) pour rejoindre la mer en Kayak. (On va voir la mer)
C'est ce que nous faisons lors d'un bivouac dans les Alpilles. D'après notre carte, nous ne sommes qu'à quelques dizaines de kilomètres du Rhône. Ce serait sympa d'aller les encourager et surtout de les revoir par surprise après 4 ans.

Malheureusement les mauvaises conditions météo ont fait changer le trajet des kayakistes.... (si si c'est possible de changer de route, même quand on suit un fleuve...)  Au petit matin, leur position indique qu'ils naviguent maintenant (et plus sereinement) sur le petit Rhône.  Pas un gros changement mais pas mal de kilomètres en plus pour nous..
Ce serait dommage de les louper. S'ensuit donc une bonne matinée de pédalage, empruntant pour l'occasion les grands axes, traversant le Rhône par la ville d'Arles encombrée et accueillant son  marché hebdomadaire....  A 11 heures nous avons déjà parcouru 80 kilomètres. Surement la meilleure performance du voyage. La géolocalisation des rameurs nous indique que nous sommes tout proches d'eux. Comme de la route nous ne voyons pas le Rhône, nous décidons de prendre par les digues, en mode "faucheuse d'herbe" pour être au plus près du fleuve.


Nous posons les vélos à la première trouée d'arbres pour voir si nous les apercevons.  Timing parfait. Ils passent au même moment.


Les retrouvailles se font avec un pique nique improvisé et un cubi de vin rouge que les kayakistes tenaient à la bonne température dans la coque de leurs embarcations.


Puisque nous ne sommes pas loin, nous décidons également d'aller voir la grande bleue


 et d'assister à leur arrivée aux Saintes Maries de la mer.


Bravo à eux pour cette belle virée réussie.


Le même soir nous bivouaquons au bord du petit Rhône, entourés de milliers de moustiques et de quelques canards...


Comme nous sommes en bord de la mer, nous allons pédaler encore un peu dans la Camargue des flamants roses

 et des taureaux,


pour rejoindre la ville de Sète.   

Via Rhôna, Canal du Midi.


Nous suivons uniquement des voies verte. Un vrai bonheur, loin des cohortes de voitures profitant d'une fin de semaine ensoleillée pour rejoindre les plages de sable chaud.


A Sète nous sommes hébergés chez Véro et Ludo de la grande famille "Zigo".


Cela nous permet de visiter cette belle ville


avant de continuer encore un peu plus vers l'Ouest.