CHILI - ARGENTINE : Coyhaique - El Chalten (4 décembre - 24 décembre 2016)

En quittant le petit camping de Coyhaique,


nous avons fait notre choix d"itinéraire. Nous continuons la carretera Austral. Cerro Castillo et ses sommets,


puis Puerto Rio Tranquilo.
Nous faisons halte dans ce minuscule village


pour aller admirer les "cathédrales de marbre".


 Situées sur le lac Général Carrera, le 2ème plus grand lac d'Amérique du sud, après le lac Titicaca.


Ce sont des formations rocheuses sculptées par le vent et l'eau.


Avec ces eaux bleues et ces rochers aux formes bizarres, on pourrait se croire en Thailande...


La piste en ripio continue. Lago Bertrand puis Cochrane. Les paysages de montagne sont magnifiques.


Malheureusement, la pluie nous rattrape et ne nous lâche plus...


Deux vélos et un semi remorque pour franchir le Rio bravo.


Nous discutons avec le chauffeur routier, qui malgré le froid, est en nage après avoir rentré son long véhicule sur le ferry. Il nous explique la difficulté de la route. Les virages qui se négocient en 3 fois, le ripio glissant qui ne tolère aucune erreur, les croisements impossibles.....Finalement, nous sommes bien sur nos 2 roues...


Plus de villages sur cette piste avant Villa O'Higgins. Par contre, des refuges en bord de route pour abriter les voyageurs.


Ce sont des petites cabanes construites par les propriétaires d'Estancia. Nous en profitons et passons les nuits au sec.


Nous resterons 2 nuits dans l'abri situé 30 kilomètres avant Villa O'Higgins tellement la pluie est dense.


Jorge, qui s'occupe du bois et des vaches pour l'Estancia toute proche vient régulièrement nous rendre visite en nous apportant du bois sec. Nous irons boire le maté, le café, le thé dans sa maison, aussi rustique que notre abri....


Jorge nous proposera d'aller faire une ballade à cheval si la pluie battante se calme un peu.... hélas cela ne diminuera pas.

Le lendemain, nous rejoignons toujours sous la pluie le dernier village de la carretera Austral.


Villa O'Higgins. Nous nous installons au camping


et allons prospecter pour un bateau pouvant nous faire traverser le lago O'Higgins. Les réponses sont unanimes. Trop de vent, les bateaux ne peuvent pas traverser. Cela fait 10 jours qu'aucun bateau n'est sorti.... Il est conseillé aux cyclistes et autres "sacs à dos" de faire demi tour en bus et de passer par la ruta 40 en Argentine.

Nous n'avons pas le courage de faire demi tour. Nous restons donc quelques jours au camping pour méditer cela. Retournant voir un capitaine de bateau, celui ci nous informe qu'il doit aller ravitailler le poste de douane situé sur l'autre rive et qu'il fera une traversée le lendemain.


Le lendemain, réveil de bonne heure pour effectuer, sous la pluie, les 8 km qui nous séparent du port.


Les vélos sont vite embarqués. Par contre, ça remue pas mal sur le bateau. Jamais nous n'aurions pu penser cela d'un lac....

Une fois débarqué, le soleil apparait. Nous rayonnons.


Le passage de douane se fait lui aussi très rapidement. Pour la première fois, le douanier accepte de ménager de l'espace sur notre passeport en apposant le tampon de sortie du Chili sur d'autres tampons...

La piste est bonne,


nous croisons même un quad. Facilement, nous arrivons à la frontière géographique entre Chili et Argentine. Pour la 3ème fois nous pénétrons en Argentine.


C'est ici que les difficultés commencent.... Les 7 kilomètres devant nous permettre de rejoindre le poste de douane sont impraticables. Tout est inondé. Nous devons tracer notre route parmi les arbres,


les bourbiers,


traverser des ruisseaux en crus. Au début, nous essayons de préserver le matériel en marchant sur des troncs d'arbres.


A la fin, nous traversons les ruisseaux avec de l'eau jusqu'à la taille. Démontant uniquement les sacoches contenant les affaires sensibles. Le reste sera immergé en totalité.


Au bout de quelques heures d'effort, nous atteignons la douane coté Argentin. Le douanier n'a vu personne depuis 2 semaines....


Par contre, pas de bateau non plus pour rejoindre El Chalten.... Il existe bien un chemin évitant de traverser le lac, mais d'après les informations que nous avons, c'est encore pire que ce que nous venons de faire... 3 jours pour 12 km....

Une fois de plus la chance est avec nous. Un bateau vient d'arriver pour ravitailler le douanier. L'approche de Noël ?
Nous pouvons embarquer nos vélos sur ce bateau. Il pleut toujours, mais nous pouvons quand même apercevoir quelques glaciers venant se jeter dans le lac.


Nous en profitons d'autant plus que le bateau tombe en panne au milieu du lac...

Finalement, nous rejoignons l'autre rive à 20 heures. Longue journée. Nous posons la tente entre 2 arbres au bord de la piste.

Le lendemain, la pluie n'a pas cessé, la piste est détrempée.


Malgré tout, nous pouvons apercevoir le majestueux Fitz Roy


et un Huemul.


A El Chalten, nous prenons une nuit dans un hôtel pour sécher un peu.
Le lendemain, nous migrons dans un camping. Le temps est meilleur. Nous en profitons pour monter à un petit mirador surplombant la ville


et permettant d'admirer le Fitz Roy.


Le jour suivant, nous faisons une randonnée dans le parc national des glaciers


jusqu'à la laguna Torre


et son glacier.


Magnifique.


Le 24, il pleut de nouveau. Nous en profitons pour mettre à jour le blog, faire la révision des vélos....

Nous allons rester encore quelques jours dans ce Chamonix local, pour randonner et profiter de ces montagnes. Point marquant sur notre itinéraire.

On se retrouve en 2017.



Bonne fêtes de fin d'année à tous. 



17 commentaires:

  1. Coucou les loulous. Impressionnant ce que vous venez de vivre. Admiratifs!!!
    Nous avons levé le pied mais malgré tout nous serons avant vous à Ushuaia. Nous sommes ce soir à Tolhuin à 100 kilomètres au Nord.
    Force et respect au Toyota. Lol...
    En espérant vous croiser en remontant. Ne vous pressez pas il pleut aussi !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut les baroudeurs. Votre périple est lui aussi impressionnant par les endroits que vous découvrez et ou nous n'irons jamais...(Cul de sacs obligent....) Ce serait cool de vous croiser de nouveau en 2017... Mais vu le nombre de routes dans le coin, c'est vraiment faisable. Nous pensons être à Ushuaïa fin janvier. Itinéraire classique. Puerto Arenas, Porvenir, Rio Grande...
      En attendant, Joyeux Noël.

      Supprimer
  2. Saloperie de pluie tiens ! Ici c'est le mois de novembre en décembre... Pas de neige, peu de soleil...
    Bonne année et joyeux noël évidemment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, après la pluie le beau temps. Nous avons pu profiter pleinement du massif du Fitz Roy. Grandiose.
      Bonne année.

      Supprimer
  3. Bonne Fin d'Année Patricia et Christian , j'espère que vous retrouverez un peu plus de sécheresse les jours prochains. Hasta Luego

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gérard. Bonne année à toi.
      Nous avons retrouvé le soleil. L'été va enfin s'installer....
      Pas mal de vent dans cette région. Mais les paysages, valent les efforts.

      Supprimer
  4. Coucou les Grenoblois
    Je reste toujours émerveillé par votre périple,par le courage de vous voir traverser des coins un peu...inhospitaliers et le peu de confort qui tisse votre quotidien...
    Un grand merci pour ces superbes photos agrémentées de commentaires toujours sympa à découvrir....
    Nous vous envoyons tous nos voeux de bonheur pour cette nouvelle année,
    Au plaisir de vous revoir,
    Didier et Muriel
    PS:Christian,tu as toujours une ballade de prévue au guidon de la Royal Enfield !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello les amis,
      Merci pour vos bons voeux. Que nous vous retournons pour 2017.
      Je n'ai pas oublié la ballade en Royal Enfield....
      Profitez bien de 2017.
      Bises à vous 2

      Supprimer
  5. Oh la vache !! oups pardon, mais vraiment c'est une sacrée galère cette pluie diluvienne. Heureusement que les paysages valent le coup ici aussi, vous êtes vraiment très très courageux et déterminés les amis. Un bel endroit pour passer Noël et profiter des randonnées. je vous souhaite encore pleins de merveilleuses aventures en 2017 et une bonne santé c'est indispensable ;o)
    J'ai hâte de savoir où vos roues vont vous emmener après Ushuaïa !!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente année à vous deux. Nous vous souhaitons plein de belles aventures, de belles virées avec le "camping fourgon". Bref, que du bon.
      Nous aussi nous avons hâte de savoir ou vont nous mener nos roues après Ushuaïa...... Pas la moindre idée pour le moment.
      Bises

      Supprimer
  6. Bonne année à tous les deux. Profitez bien de votre périple malgré la galère que vous devez vivre certains jours. On pense bien à vous
    Les Mercier de Chartreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne année également. Avec pleins de randos à la clé.
      Les galères du moment s'oublient vite pour devenir des moments "fabuleux".... Pour en profiter.... on profitevà fond...

      Supprimer
  7. Je reconnais bien ce coin de bout du monde, je suis passé par les mêmes conditions météo, mais en moins pire tout de même !
    Après qqs années j'en garde un excellent souvenir !
    J'apprécie votre témoignage tout en humilité !
    Buen camino!
    Suerte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Serge,
      Merci pour le commentaire.
      Effectivement une bien belle région qui ne laisse pas indifférent. Certains passages restent gravés un bon moment dans les mémoires.
      Amitiés CCistes.

      Supprimer
  8. C'est magique! Mais comment faites vous lors de vos randos pour les vélos et les sacoches? Vous les laissez ou? En tout cas vos photos font rêver!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour le commentaire,
      En règle général, pour les ballades sans les vélos pour une journée ou plus, nosu essayons de trouver un lieu sécurisé. Style, hôtel, camping, commerce. (Dans le cas du Fitz Roy, c'était au camping). Au USA, nous avons laissé vélo et bagages pendant un mois chez un Warmshower. Dans des lieux très reculés, nous avons laissés vélos et bagages, cachés au bord d'une piste (mais nous essayons d'éviter cette configuration).

      Supprimer